Tous les parents ont leur vision et leurs valeurs lorsqu'il est question du développement de leur enfant, mais tous n’ont pas le même style d’éducation. Cet article vous offre un portrait sommaire de la discipline positive…celle qui transforme les problèmes en solutions et qui renforce le lien entre le parent et son enfant.

mère enfants

Être un modèle pour son enfant

Vous avez eu une journée d’enfer au bureau, des clients à la tonne…Vous revenez à la maison et déjà, vous avez l’impression de devoir entamer un deuxième quart de travail avec toutes les tâches qui vous incombent!

Tandis que votre tête se fait petit à petit à cette idée, votre enfant, fatigué lui aussi de sa journée bien remplie, fait une crise de colère lorsque vous lui annoncez le repas de la soirée! Une envie soudaine de crier vous envahit…Pas de panique, vous êtes un parent normal.

Dans cette situation, n’importe quel parent se sentirait à bout de nerf, mais se mettre en colère contre votre enfant ne serait pas la meilleure solution. Bien que cela soit difficile, il faut être en mesure de prendre un pas de recul et de reconnaître que tout comportement, défi ou situation, peut devenir une opportunité d’apprentissage pour votre enfant. Adopter un style d’éducation bienveillante amène le parent à devenir un modèle pour l’enfant, en le guidant au lieu de le contrôler et de le dominer.

Attention à « ce qui marche »…

Attention, je ne dis pas que les punitions ne fonctionnent pas. Au contraire, la plupart du temps, elles mettent fin immédiatement aux comportements problématiques. Il est facile d’être étonné de ces résultats, mais il est aussi important de poser un regard averti sur les punitions : quels sont leurs résultats à long terme?

D’où vient l’idée que nous devons dévaloriser nos enfants pour qu’ils se comportent mieux?

Pensez à la dernière fois où vous vous êtes senti humilié ou lorsque vous avez vécu une situation d’injustice…Est-ce que cela vous a donné envie d’être motivé ou de collaborer? Les enfants vivent la même chose lorsque nous utilisons la punition envers eux et ils ne développent pas de compétences utiles et positives.

Les 4 R de la punition

Les résultats de la punition sur le développement de votre enfant ainsi que sur la relation que vous entretenez avec lui se résument avec les « 4 R de la punition » (Tiré du livre « La discipline positive » de Jane Nelsen, adaptation de Béatrice Sabaté).

1. Rancœur « Je ne peux pas faire confiance aux adultes »;

2. Revanche « C’est eux qui gagnent cette fois-ci, mais je les aurai la prochaine fois »;

3. Rébellion « Je vais faire l’inverse de ce qu’ils me disent pour leur prouver qu’ils ne peuvent pas m’obliger à faire ce qu’ils veulent »;

4. Retrait « La prochaine fois, je ne me ferai pas prendre…je ne vaux rien » (Baisse de l’estime personnelle).

L’approche positive

L’utilisation de l’approche positive au quotidien débute avec l’adoption d’une attitude ferme et bienveillante envers son enfant. Il ne s’agit pas ici de céder à toute les demandes de votre enfant, ni d’intervenir systématiquement pour lui éviter des frustrations, mais bien de ce centrer sur la recherche de solutions et sur l’importance d’établir un lien avant d’émettre une conséquence.

Être bienveillant implique de se montrer respectueux de l’enfant en validant le ressenti lié au comportement de celui-ci : «Je vois que tu es en colère, contrarié et que tu es déçu…». Être bienveillant, c’est aussi être respectueux envers nous-même et reconnaître que nous avons le droit de nous accorder une pause lorsque cela est nécessaire. Si vous croyez que vous êtes sur le point de faire une crise vous aussi…retirez-vous!

Il vaut mieux prendre le temps de se calmer pour intervenir rationnellement, que de laisser nos mots dépasser notre pensée. L’approche positive n’est pas miraculeuse et ne fera pas disparaître à tout jamais les conflits et les crises de votre maisonnée. N’oubliez pas que quoique vous viviez, vous êtes l’expert de votre enfant!

L’erreur est humaine et rappelez-vous que le développement de votre enfant ne sera pas saboté si vous êtes irritable ou si vous vous emportez…En tant que parent, vous devez reconnaître vos forces et éviter les standards de perfection : la culpabilité n’a jamais été utile pour qui que ce soit! Il ne s’agit pas d’obtenir le titre du «meilleur parent au monde», mais bien d’établir une connexion positive avec votre enfant pour lui permettre de grandir sainement.

Discipline positive : Comment s’y prendre? Quelques pistes…

1-     Écouter activement votre enfant

Écouter de façon active…écouter vraiment! Prendre le temps de centrer toute notre attention sur notre enfant en éliminant les distractions qui nuisent aux relations positives (i.e. : télévision, cellulaire, tablette), se connecter à lui en validant ce qu’il ressent. Même si nous sommes tentés de dire « Arrête de crier…Arrête de pleurer » pour faire cesser la situation, il est nécessaire de faire preuve d’empathie pour reconnaître l’émotion de notre enfant. Et bien souvent, cela est nécessaire pour faire diminuer la tension et la frustration.

 

2-     Donner droit à l’erreur

Les erreurs sont toujours les meilleures opportunités d’apprentissage! En effet, si votre enfant fait une bêtise, saisissez le moment pour lui permettre de réparer son geste. Toutes situations ou comportements méritent une deuxième chance, une chance de faire mieux! Ainsi, accompagnez votre enfant à utiliser les 3 « R » de la réparation. 

 

Reconnaître

« Je reconnais ma part de responsabilité…que j’ai fait une bêtise ».

« Oups, une erreur! »

Réconcilier

« Je suis désolé d’avoir fait… »

Résoudre

Même s’il y a un problème, accompagner l’enfant à trouver une solution.

      Tiré du livre « La discipline positive » de Jane Nelsen, adaptation de Béatrice Sabaté.

 

Se centrer sur les solutions possibles avec l’enfant encourage celui-ci à se responsabiliser face aux comportements manifestés. La réparation aide l’enfant à préserver son estime personnelle et lui donne l’occasion de bien se comporter. Mais attention, ce précepte vaut tout aussi bien pour vous! En tant que parent, nous sommes un modèle pour notre enfant et il est important de réparer nous aussi nos erreurs envers lui. « Ce qu’enfant voit, enfant fait »…

 

3-     Assurez-vous de transmettre un message d’amour

Il est important de dire à votre enfant que vous l’aimez, même si vous êtes en réaction à son comportement. N’oubliez pas la cause de votre colère…ce n’est pas votre enfant que vous n’aimez pas, mais bien son comportement! Cela fait une grande différence quand vous vous adressez à lui.

Lorsque vous dites : « Pourquoi as-tu fais cela…tu es méchant, tu n’es pas gentil », votre enfant comprend « Je ne suis bon à rien, mon parent ne m’aime pas ». Rappeler-vous du geste inadéquat, nommez-lui ce qui ne fonctionne pas et accompagnez votre enfant dans sa recherche d’une solution au problème :

Vous : « Pourquoi as-tu fais cela…Ce n’est pas gentil de frapper les autres ».

Fiston : « Il m’a volé mon jouet ».

Vous : « Qu’est-ce que tu aurais pu faire à la place? Est-ce que tu penses que demander de l’aide aurait été un bonne solution au lieu de frapper ta sœur?».

Se centrer sur le positif c’est aussi prendre l’habitude d’encourager les bons comportements de votre enfant! Plus vous lui accorderez de l’attention positive, moins il sera tenté de faire des comportements négatifs pour l’obtenir.

Quelques mots sur l'auteure :

Alexandra Poirier

 Alexandra Poirier, psychoéducatrice, M. Sc.

Favorisant le développement du potentiel adaptatif des personnes et ayant la  relation d’aide à cœur, elle a œuvré dans les milieux de la santé et des services sociaux, scolaires et communautaires, et ce, auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes.

Diplômée au baccalauréat et à la maîtrise en psychoéducation ainsi qu'au certificat en psychologie, de l’Université de Sherbrooke, Alexandra a exploré plusieurs domaines d’intervention à travers une multitude d’expériences professionnelles.

Alexandra offre des ateliers chez CDS Boutique sur des thématiques telles que l'anxiété et l'opposition chez l'enfant. 

Références :
« La discipline positive : En famille, à l’école, comment éduquer avec fermeté et bienveillance ». (2012). Jane Nelsen, adaptation de Béatrice Sabaté. Éditions du Toucan pour la traduction française.
« La discipline, un jeu d’enfant ». (2008). Brigitte Racine. Les éditions du CHU Sainte-Justine.
« Le défi de la discipline familiale : Boîte à outils pour rendre les enfants heureux – 2e éditions ». (2011). Les éditions Québécor.